ACCUEIL du site Bibliothèque des Parents Chronique de la Vie Ordinaire
   

CHRONIQUE DE LA VIE ORDINAIRE

C
H
R
O
N
I
Q
U
E

D
E

L
A

V
I
E

O
R
D
I
N
A
I
R
E











CHRONIQUE DE LA VIE ORDINAIRE

C
H
R
O
N
I
Q
U
E

D
E

L
A

V
I
E

O
R
D
I
N
A
I
R
E


CHRONIQUE DE LA VIE ORDINAIRE

       
Lire & RéCréer - LA CHATTE - chronique de la Vie Ordinaire - Janvier 2005 Lire & RéCréer - LA CHATTE - chronique de la Vie Ordinaire - Janvier 2005
Quand elle arriva chez nous, cet été, elle avait trois mois. Séparée brusquement
de ses frères et sœurs, elle découvrit un nouveau lieu de vie, de nouveaux visa-
ges humains, un autre animal : un chien plus ancien qu'elle dans la maison.

Nous qui n'avions plus eu de chat depuis... oh ! disons vingt ans, et le chien qui
n'en connaissait aucun, avons fait notre apprentissage.

J'avais oublié qu'un chat giflait volontiers mais c'est le caniche qui en fit les frais.
Elle commença par lui cracher au nez quand il vint la renifler pour faire connais-
sance, puis elle le calotta de plusieurs taloches rapides, sèches et dures, avant
de se sauver derrière le tas de bois, la queue en goupillon. Elle obligea toute la
famille à se mobiliser pour remuer une quantité certaine de bûches. Nous l'avons
récupérée tant bien que mal, après qu'elle se soit cachée à gauche quand nous
la cherchions à droite, et inversement.

Ces premiers émois passés, elle commença à vivre sa vie de chatte.
Il faut comprendre par là que si un chien vit chez vous, vous vivez dans la mai-
son d'un chat. Par exemple il ne vous répondra que s'il juge utile de le faire. En
toutes circonstances il n'agira qu'après avoir mûrement pesé sa décision. Mais
alors il ira au bout de son idée, quitte à prendre de gros risques.

Dans les premiers temps, le soir, quand nous donnions sa pâtée au chien nous
avions à peine fini de poser sa gamelle par terre qu'une petite boule poilue, noire
et rousse, surgie de nulle part, en avalait déjà goulûment le contenu... entre les
pattes du chien. Le chien, après avoir grogné pour la forme, se reculait poliment
pour laisser manger la chatte. Trop suffoqué par ce culot monstrueux, doublé,
sans doute, par le souvenir encore frais des baffes qu'il avait reçues.

Notre chatte, comme tous les chats, aime ce qui vole : oiseaux, mouches, guê-
pes, poussières, etc. Elle a très vite repéré que les papillons, les éphémères,
venaient le soir danser un ballet zonzonnant autour des lampes allumées. Bien
qu'elle se soit déjà brûlé le nez, elle se fait un devoir de jouer les
insecticides. La tête sous l'abat-jour, au plus près de ses proies,
elle guette. Elle guette passionnément.
La lumière crue de l'ampoule trace d'étranges ombres chinoises
décalées, au revers du tissu, et pour le prix d'une chatte nous en
avons une autre, fabuleusement grandie.

Lire & RéCréer - LA CHATTE - chronique de la Vie Ordinaire - Janvier 2005


Elle joue à " savez-vous planter les chats ? " et grimpe dans une jardinière pleine
de terreau accrochée au mur. Quand le soleil donne à plein sur cette jardinière,
que la chaleur se confine entre le mur et la terre, il doit faire entre cinquante et
soixante degrés là-dessus. Mais c'est là que la chatte préfère se vautrer. Elle y
dort en ronronnant furieusement. Enfin… Elle y dormait. Un jour elle a bondit sur
cette terrasse improvisée une fois de trop et, dans un bruit apocalyptique, l'a fait
dégringoler au sol, elle coincée dessous. Maintenant elle bronze ailleurs...

... Sur le prunier des voisins, par exemple. La première fois que nous l'avons vue
tout en haut de ce grand arbre nous avons pensé " Elle ne saura jamais descen-
dre ! " Nous l'appelions, nous essayions de l'amadouer par tous les moyens
sans qu'elle daigne faire plus que tourner la tête vers nous en miaulant vague-
ment. Puis nous avons recouru à un subterfuge vieux comme le monde qui con-
siste à taper la gamelle du chat de manière à la faire résonner (ou à secouer le
paquet de croquettes, d'autres vous diront qu'il suffit d'ouvrir la porte du réfrigé-
rateur.) Elle fut à nos pieds en dix secondes avec une sûreté de pattes confon-
dante. Depuis nous sommes devenus philosophes et c'est d'un oeil serein que
nous la regardons pratiquer son numéro quotidien de haute voltige.

Elle dort les trois quarts du temps. Je devrais dire : elle s'aban-
donne. Je renonce souvent à comprendre comment elle trouve
le moyen de se désarticuler à ce point.
Ses os semblent dissous et ce petit chiffon mou, répandu plus
que couché, a l'air de sortir tout droit d'une essoreuse.

Lire & RéCréer - LA CHATTE - chronique de la Vie Ordinaire - Janvier 2005

D'ailleurs elle raffole du lave-linge. Le tambour qui tourne dans un sens puis dans
l'autre, le linge qui s'affale et se soulève au gré des vagues artificielles, les bulles
de lessive sans arrêt renaissantes, le schhhh-schlof ! de la machine, la fasci-
nent. Dressée sur ses pattes arrière elle s'étire contre le hublot dans l'espoir
(toujours déçu) de plonger ses coussinets ronds dans le tourbillon savonneux
et d'attraper du bout de ses griffes de nacre ces formes mouvantes, si terri-
blement captivantes.

Elle est goulue. Elle a faim, très faim, toujours faim, et le fait si bien savoir qu'il
est impossible de l'ignorer. Naturellement douée pour le chant et le mime, elle
exploite ses talents sans vergogne. Si elle ne nous assourdit pas assez par toute
une gamme de cris modulés, elle sautera sur une chaise vacante, et là, le men-
ton au ras de la table, les oreilles à l'horizontale, ses yeux obliques braqués droit
sur nous, elle ouvrira bien large un petit four rose, dentu de blanc, dont aucun
son ne sortira. Les grandes douleurs sont muettes.
Lui tendons-nous, au bout de nos doigts, un morceau de quelque chose, qu'elle
fera la belle et le mangera tout entier, debout, en équilibre instable, après avoir,
d'une patte en cuillère posée contre nos doigts, amené notre main au plus près
de sa gueule. Cette petite bête, mince au demeurant, mange de façon effrayante.
Il faut la voir ingurgiter à toute allure ses portions et l'entendre roter bruyamment
après le repas. Admirez son ventre soudain ballonné qui l'oblige à marcher en
titubant, les pattes légèrement écartées, jusqu'au fauteuil où elle ira digérer en
dormant.

Puis quand elle se réveillera elle ira probablement jusqu'à sa caisse se libérer un
peu, avant de courir après les mouches, de marcher sur les meubles, de se
toiletter longuement (comme s'il fallait à tout prix qu'elle remette en place ce fa-
meux poil rebelle numéro sept cent trois mille quatre) avant de venir nous récla-
mer de l'attention. De nous rendre gagas, de faire de nous ses esclaves.

  Lire & RéCréer - LA CHATTE - chronique de la Vie Ordinaire - Janvier 2005 BONNE ANNEE 2005 A TOUS !
Catherine Bastère-Rainotti

Chronique de la Vie Ordinaire © 5 janvier 2005 (tdr)
   
ACCUEIL du site Bibliothèque des Parents Retour aux Chroniques