ACCUEIL du site Bibliothèque des Parents Chronique de la Vie Ordinaire
   

CHRONIQUE DE LA VIE ORDINAIRE

C
H
R
O
N
I
Q
U
E

D
E

L
A

V
I
E

O
R
D
I
N
A
I
R
E

        Tine, chronique de Liliane Alarcon

Tine avait des rivières plein le visage et deux petits yeux marrons qui contem-
plaient les étoiles. Elle mettait des morceaux de charbon dans sa soupe, et
du savon aussi. Elle avait oublié comment aller dans le jardin chercher des
" poriaux ", et comment trouver les cabinets, derrière la remise. Elle faisait
pipi derrière son lit.

C'était une petite vieille, trottinant et souriant à longueur du jour. Toute sa vie,
elle n'a voulu faire que le bien, ne dire que des bonnes paroles, et respecter le
Bon Dieu qui le lui a bien rendu puisqu'elle était ravie, enfin, à plus de 80 ans.

Elle n'avait plus de mari. Il était mort il y a longtemps, de la poitrine, on disait.
Elle ne l'avait jamais remplacé, Jules. Elle en parlait quelquefois, quand elle
était encore vaillante, avec beaucoup de respect, mais c'était comme s'il
n'avait jamais eu de chair, que des bras pour travailler et être honnête.

Ils avaient eu un fils et un neveu. Elle était leur mère, leur sainte mère à tous
les deux puisque le neveu n'avait pas connu la sienne. Elle était tellement
bonne ! Tout le monde le disait, c'était donc vrai.

Elle lisait Le Pèlerin, un bon journal catholique, bien instructif, qui disait
toujours la vérité. Fallait bien avoir d' l'instruction, et pas rester d's'ignorants,
comme y en avait tant dans l' village.
" Vous savez, m'fil', les gens du village, y sont biètes, y savent rin, ou pas
..grand-chose. Y sont arriérés. "

Elle avait peut-être trop lu, ça lui avait échauffé la tête, à c'qu'on disait.
Elle est morte dans la béatitude…Et le pape n'en a rien su.

© Liliane Alarcon - tous droits réservés, reproduction interdite.
Chronique de la Vie Ordinaire - première publication jeudi 1er juin 2006
   
ACCUEIL du site Bibliothèque des Parents Retour aux Chroniques