accueil du site lirecreer.org

Bibliothèque des Parents

Chroniques de la Vie Ordinaire

 

lirecreer.org - les Chroniques de la vie ordinaire

C
H
R
O
N
I
Q
U
E

D
E

L
A

V
I
E

O
R
D
I
N
A
I
R
E

       

Lire et RéCréer : Signé, Piéton - chronique de la vie ordinaire

Lettre ouverte aux conducteurs de voitures, ceux qui pensent être, en prime, les rois des
bateaux et les empereurs des avions.

Vous n'imaginez pas à quel point, en règle générale, mais surtout un jour de pluie, un jour de
grand froid ou de canicule, seul ou pire, un bébé dans une poussette, un enfant accroché à
notre main il est pénible d'attendre de longues minutes votre bon plaisir pour traverser en
sécurité une route mal balisée.

Je sais bien que la voiture est un formidable exosquelette, large, lourd, solide, incroyablement
plus puissant que nos pauvres carcasses de piétons. C'est pourquoi je me méfie !

Je me méfie, parce que ces magnifiques machines sont conduites par des gens semblables à
nous autres, les marcheurs, qui se transforment en loup-garous devant la pleine lune de leur
volant.
Oserai-je plagier Shakespeare et dire "If you prick me do I not bleed ?" (Si vous me piquez
est-ce que je ne saigne pas ?)... J'ose !

Que croyez-vous que nous pensIons de vous quand nous sommes en retard, tributaires d'un
autobus ou d'un train qui ne nous attendra pas et que le double flux continu des voitures que
vous conduisez au pas nous oblige à perdre un temps considérable, au bord du trottoir, parce
que vous mettez votre honneur d'automobiliste au-dessus de nos petites contingences de
limaces ?

Quelle colère, croyez-vous, nous empoigne quand vous êtes garés sur les trottoirs nous
obligeant à un gymkhana hasardeux avec la poussette du gamin ahuri qu'on trimbale d'un pot
d'échappement à un autre en faisant des sauts de puce folle trottoir- route- trottoir ?

Vous n'êtes pas responsables du fait que nous soyons à pied. Vous êtes responsables d'un
peu de notre bien-être, vous qui êtes assis dans votre voiture à l'abri des intempéries, des
horaires des gares.

Un sourire, cinq secondes d'attente, un courtois : " Je vous en prie, passez " feraient plus pour
votre réputation qu'une belle carrosserie bien briquée qui brille dans la lumière.

Dans le mot conducteur, il y a trois syllabes. Ne ressemblez pas à la première d'entre elles !

VROUM ! la Ouââture !

Catherine Bastère-Rainotti - Décembre 2001

 

accueil du site lirecreer.org

Bibliothèque des Parents

 

Retour aux chroniques